Plantez en automne

C'est le bon moment pour planter les plantes grimpantes

Il n'est pas rare de voir des grimpantes encore en fleurs en cette saison. Mais pour bien les apprécier, jugez sur pied, c'est-à-dire en regardant la fermeté des tiges et si possible un pied porteur de plusieurs tiges. La reprise le moment venu n'en sera que plus facilitée. Bon pied, bon œil ne dit-on pas...
Les grimpantes, qui sont un peu les alpinistes du monde végétal, regroupent de nombreuses espèces et variétés que vous retiendrez en fonction de différents critères : leur floraison (passiflore, glycine, clématite), leur feuillage (vigne vierge), ou encore leur parfum (chèvrefeuille, glycine). Ajoutons que les grimpantes peuvent être ligneuses (un tronc en bois) ou herbacées (s'apparentant à des liserons, des pois de senteur) et vous en saurez assez pour choisir votre compagne de jardin. Non sans préciser que les oiseaux (merles, grives, pinsons) les apprécient, ce qui ajoutera au charme de ce voisinage. En quelque sorte, plantes grimpantes et chantantes !

Pourquoi choisir l'automne ?

Avec sa douceur et avant les grands froids, l'automne est la meilleure saison pour planter les grimpantes. Ce sera la période idéale (octobre/novembre) pour une bonne reprise au printemps et disposer de plantes plus fortes, en un mot, plus vivaces encore. Proposées en conteneur, elles seront faciles à planter en cette saison où la terre est assez meuble. Moindre effort, résultat optimisé, c'est vraiment le moment de passer à l'action. Le prochain week-end !

Comment réussir votre plantation ?

Comme leur nom l'indique, les grimpantes aiment grimper et ont besoin de s'appuyer sur un support. En conséquence, et selon l'espèce, vous les aiderez à trouver ce point d'appui indispensable à leur développement. Entre une passiflore qui va généreusement s'étaler, sans complexe, une vigne vierge qui va palisser un mur ou un chèvrefeuille qui va s'enrouler autour d'un portique, vous devez opérer des choix qui tiennent compte de votre jardin, de votre terrasse, de votre désir d'être pacifiquement entourée. Ces gentils envahisseurs n'en sont pas moins très conquérants : les glycines par exemple s'accrochent avec une telle force qu'elles peuvent aller jusqu'à déformer le support ! Autant en discuter avec un spécialiste avant de laisser les grimpantes partir à l'assaut de vos murs.

Comment réussir votre plantation ?

Dans le sol, faites un trou d'un volume légèrement supérieur à celui du conteneur. Retirez celui-ci, placez la motte préalablement humidifiée dans le trou, avec une légère inclinaison dans la direction du support envisagé (mur, pergola, tonnelle, poteau de jardin, arceau...). Rebouchez le trou et formez une cuvette puis arrosez copieusement. Paillez ensuite la surface du trou avec une couche de 5 à 10 cm (votre tonte de gazon séchée peut faire l'affaire dans le cadre d'un recyclage parfaitement écologique). Ce paillage a une double raison : il permet au sol de se compacter à son rythme et il maintient l'humidité tout en limitant l'évaporation. Pour une grimpante, être sur la paille, c'est une façon de bien partir dans la vie. Comme quoi, le bonheur pour les uns ne fait pas la fortune des autres.

Bons conseils

  • L'exposition à l'ouest est appréciée par la glycine tandis que l'est plaira au chèvrefeuille ou à la vigne vierge et que le nord conviendra au jasmin d'hiver.
  • Mesurez bien l'effet recherché : une vigne vierge couvrira toute une façade tandis qu'une clématite sera avant tout un élément décoratif qui mettra en valeur un colombage, une tonnelle.
  • Pour une clématite, protégez le pied par un morceau de tuile creuse ou un demi-pot de fleur appuyé contre le mur.
Les professionnels des fleurs et des jardins